Comme vous le savez j’adore tester de nouvelles choses, et ensuite vous partager mon experience, peut-être que cela vous parlera, peut-être pas, dans tous les cas je suis ravie de vous partager mes bonnes astuces. 

Je vais vous parler aujourd’hui de mon expérience du jeûne intermittent.

Pour rappel, un jeûne consiste à effectuer une restriction calorique complète sur une période donnée.

Le principe : on s’arrête temporairement de manger, seul l’eau est permise.

Me concernant, je me suis autorisée à boire de l’eau, du thé et du café (le tout sans sucre) pendant toute ma période de jeûne.

Ce jeûne qui  séduit aujourd’hui beaucoup de personnes me laissait septique.

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai appris à avoir peur du manque,  de ce fait je prônais le « Ecoute ton corps » et si il réclame donne le lui. Ne le laisse surtout pas en manque, sinon il stockera dès que tu cèderas et tu vas céder ! C’est humain.

Aujourd’hui un très grand nombre d’études et mettent en lumière les incroyables vertus thérapeutiques et purificatrices des cures de jeûne :

Perte de poids

Amélioration de certaines maladies chroniques

Amélioration des facultés cognitives

Nettoyage du système digestif

Purge globale pour notre corps…

Tout cela me parait super mais à quel prix ? Comment vais-je me sentir ?  Moi qui adore le sucre,  et qui y trouve un vrai plaisir.

Alors, me voilà motivée à tester le jeûne intermittent avec une petite peur quand même.

Je décide de fractionner ma journée comme ceci :

16h de jeûne et 8h durant lesquelles, je mange.

Le premier jour, j’arrête de manger à 20h et le lendemain je ne mange pas avant midi.

J’organise mes repas jusqu’à 20h et j’arrête à nouveau de manger après 20h.

Les premiers jours ont été assez difficiles, surtout le matin, alors que j’avais pour habitude de prendre un petit déjeuner de champion.

Mon ventre criait famine.

Enfin…j’étais tellement habituée à entendre ces  bruits  et à les traduire par de la faim que je pensais torturer mon corps.

En écoutant encore plus celui-ci et en me concentrant sur ces bruits et sur ce qui passait après, j’ai eu

la sensation  qu’en fin ce compte ces bruits n’étaient peut-être que le signe que les intestins travaillaient et préparaient une « sorte » de purge.

En effet, j’allais à la selle peu de temps après ces petits bruits (ha bah la on à gagné un niveau d’intimité moi je vous le dis)

Pour être honnête, les 3 premiers jours, ces bruits m’ont donné horriblement mal au ventre, mais ensuite ces douleurs ont disparu ainsi que les bruits.

J’ai donc recherché sur Google des informations sur ce que je ressentais.

Est-ce quelque chose de commun ?

Qu’est ce que c’est exactement ?

J’ai découvert la loi de l’homéostasie :

« Tout système laissé à lui-même en l’absence de perturbation extérieure revient spontanément au bout d’un certain temps à son état d’équilibre (qui est un état de pleine santé, de joie, et d’abondance si on revient à l’humain) et ceci au travers de multiples processus régulateurs »

Ce qui signifie que lorsque notre corps n’est plus constamment digestion, il devient capable de mobiliser son énergie pour activer les capacités d’auto guérisons nécessaire au nettoyage.

Plus on mange tout au long de la journée, plus notre corps sera fatigué.

En voilà une nouvelle ?! Et moi qui pensais qu’au contraire, lorsque je manquais d’énergie il fallait que je mange plus. En me reconnectant à tous ces moments où  je me suis jetée sur la nourriture par manque d’énergie, il est vrai que cette énergie est remontée mais ô combien éphémère.

Durant les phases d’alimentation :

J’ai mangé comme j’en ai l’habitude et surtout à ma faim et selon mes envies. Parfois je commençais le 1er repas par du sucré.

Au bout de quelques jours j’avais envie de salé. Je dois admettre que mon envie de sucre quotidien   a beaucoup diminuée au fil des jours.

Durant les phases de jeûne :

Un café le matin au réveil

J’ai bu de l’eau, comme à mon habitude, mais pas plus, ni moins.

Parfois un thé le soir mais rien de plus.

Durant ma phase de jeûne, j’ai beaucoup médité, lu et pas de sport.

Les phases de jeûne sont un temps de recentrage et d’écoute de soi, selon moi.

J’en suis à 2 semaines complètes de jeûne.

Mon ventre est plat et ce en permanence, ce qui n’était pas le cas, auparavant, après les repas. J’avais sans cesse cette sensation de lourdeur au niveau de l’estomac. Aujourd’hui cela a complètement disparu.

Mes résultats :

Ma faim a diminué, je mange, donc, moins.

Ma faim du matin a quasiment disparu.

Mes envies de grignotage et de sucre ont, elles aussi, totalement disparu.

Je me sens moins fatiguée et j’apprécie d’autant plus mes repas.

Je ne sais pas si j’ai perdu du poids, je ne suis pas une fan des chiffres mais je me sens bien, j’écoute mon corps, d’une autre manière, en oubliant les apprentissages de la société et familiales.

Je découvre ce dont mon corps à besoin et j’adapte mon mode de vie en fonction de ce que je découvre et apprends sur moi.

vais-je continuer après le confinement, pour l’instant je ne sais pas et c’est ok. je verrai à ce moment là, comment je me sens, ce dont j’ai besoin, et ce que mon corps m’indique. 

Si vous aussi vous avez testé un autre mode de vie durant ce confinement et que vous souhaitez me le partager; n’hésitez pas:)